Quel président pour le Congo demain ?

Quel président pour le Congo demain ?

L’adage populaire voudrait qu’un peuple n’ait que les chefs qu’il mérite. Si cet adage est appliqué à fond, il y aura dans l’histoire et dans le monde,  des peuples qui auraient la fierté d’avoir eu à la tête de leur pays des chefs qui les honorent et d’autres, au contraire, battraient leur  coulpe de n’avoir jamais levé le petit doigt pour dire à ceux et celles qui parlent à leur place : «  jamais je ne vous ai choisi ».

Le problème, le grand problème est que l’histoire ne recule pas. Chaque pas a pour but de créer le bonheur présent et futur d’un peuple ou de semer son propre malheur. Ceux qui décident pour le peuple sont très certainement les grands responsables des malheurs des peuples sur qui ils règnent et tôt ou tard, ils en rendront compte, mais au vrai, cela ne suffit pas pour apaiser la conscience  puisque tout  peuple est souverain. Aucun peuple au monde ne peut justifier par la peur de mourir, la confiscation au long cours de sa souveraineté par un homme, une femme ou bien un groupuscule de mafieux intéressés par des biens mal acquis, plutôt que par les projets de prospérité de la nation. Aucune souveraineté non plus n’a été concédée par l’occupant assis sur le trône d’un peuple qu’il opprime. L’expression de toute souveraineté même sous ses formes les plus élémentaires est toujours un arrachement et une bataille contre tout un système de capture du pouvoir et de maintien contre l’intérêt général, des avantages que le pouvoir octroi.

Cela dit, il faudrait savoir qu’en matière politique, une bataille ne s’improvise pas. Il y a une marche didactique qui aide déjà à émanciper l’état mental enfermé dans une sorte de servitude.

C’est lorsque l’état mental est libéré qu’un peuple ouvre les yeux sur les failles de ses tyrans qui naviguent dans le monde entier, sous le couvert de son nom,  visant en réalité les propres intérêts de leurs clans.

La libération de l’état mental de chaque Congolais est une œuvre noble à laquelle il importe de consacrer toute l’intelligence que Dieu nous donne. Cette tâche première dans la stratégie est une sorte de maïeutique à la Socrate, devra aboutir au réveil des consciences.******C’est sous ce label qu’il est utile de se poser cette question toute simple : quel président pour le Congo demain pour que notre pays soit un pays où il est encore possible de vivre heureux que l’on soit né au Sud, à l’Est, à l’Ouest ou au Nord ?

Cette question ne vaut cependant que si le Congolais peut faire le bilan critique des présidents du passé jusqu’à celui qui est sur le trône actuellement. Plusieurs manières existent, nous proposons la typologie idéal - typique du genre de celle mise en place par Max Wéber, le sociologue allemand. Trois points aident à dégager la typologie des traits d’exercice présidentiel de chacun des présidents de Youlou à Sassou : la criminalité politique, l’enrichissement personnel et le partage des richesses du pays pour son développement.

Par la criminalité, nous entendons la mise à mort directe, déguisée, les empoisonnements des opposants politiques ou des régions opposées à ceux qui sont au pouvoir.

Par l’enrichissement, nous postulons l’idée de l’utilisation des richesses de notre pays à des fins très personnelles ou claniques.

Par le partage des richesses en vue du développement, nous désignons l’intérêt politique mis à investir dans des usines, des entreprises ou d’autres formes d’investissements qui donnent à notre nation un avenir avec prospérité.

Je voudrais inviter chacun de nous à réfléchir sur ses trois traits idéal-typiques et à nous faire part des réflexions qui viennent à l’esprit même sous la forme anonyme, car nous comprenons très bien les menaces des représailles sur soi et sur vos familles pour ceux qui s’exposent.

Ces réflexions nous aideront déjà,  à sortir du silence et des peurs morbides qui nous installent dans une longue nuit de servitude et qui continuent de régner sur notre terre. Elles nous feront prendre conscience tôt ou tard, que seul notre peuple éveillé a les moyens de renverser le tyran de la présidence congolaise. Alors les Congolais choisiront demain le président qu’ils méritent.

To Bongisa Mboka

Ajouter aux favoris/Partager via AddInto
{lang: 'fr'}