Intervention de Maître Dominique Kounkou aux déjeuners du Fouquet’s Barrière

Intervention de Maître Dominique Kounkou aux déjeuners du Fouquet’s Barrière

dominique-kounkou-entreprendreIntervention de Maître Dominique Kounkou aux déjeuners du Fouquet’s Barrière

Extrait de l’article
Journal : entreprendre novembre 2009

Michel Clerc : Voici, d’un côté, Claude Allègre, que vous venez d’entendre, ancien ministre de l’Education nationale, scientifique contestataire. Et de l’autre, Bernard Debré, ancien ministre de la Coopération, député UMP du XVIème arrondissement de Paris, fondateur de l’hôpital de Shanghaï. Et puis, à leurs côtés, l’avocat congolais Dominique Kounkou et l’homme d’affaires indien Yogen Gupta. Je sens que nous allons assister à un duel majeur où il sera beaucoup question des nouveaux colonisateurs, indiens et chinois et des anciens, anglais ou français.

Dominique Kounkou : Je reviens du Congo Brazzaville, mais je suis avocat au Barreau de Paris. Les Chinois sont partout. Ils sont au Congo, depuis l’époque où le Congo avait fait le choix du marxisme. Ils rachètent tout, terres agricoles comprises.

Robert Lafont : Et la France ? Qu’est-ce que vous en attendez aujourd’hui ?

Dominique Kounkou : Il y a longtemps que le Congo a entrepris des relations avec la Chine. Depuis l’année 63 où le Congo avait fait le choix du marxisme. Pardon pour ce que je vais vous dire, mais je voudrais que la politique de la France soit intelligente par rapport à l’Afrique. Jusqu’à présent elle a raté beaucoup d’occasions. Léopold Sèdar Senghor disait : « J’aime la France, mais je n’ointe pas cette France- là. » La France va rester un grand partenaire important. Mais pour être un grand partenaire, il faut aussi grandir. Peut-être qu’avec ces changements que nous appelons, il est possible d’établir des relations différentes.

Michel Clerc : L’Afrique doit beaucoup à la France, comme le Congo belge devait beaucoup à la Belgique.

Bernard Debré : J’ai été ministre de la Coopération. J’adore l’Afrique. Je la connais depuis 1963. 11 serait bon aussi que pour une fois les Africains reconnaissent que ce qui se passe c’est aussi leur faute. ll y a un crétin à l’Elysée qui a dit : « Moi, je suis, pour Ali Bongo », Mais franchement, quand vous avez Ali Bongo d’un côté et 18 candidats de l’autre, tous contre lui, il faut aussi s’apercevoir que le changement dans ce cas n’est pas possible. Ce n’est pas la faute de la France si l’Afrique est colonisée par les Chinois. Ils achètent la terre, les entreprises, les réserves énergétiques et même les hommes. Ils filent du fric à tout le monde et achètent tous les chefs d’Etat. Ils n’ont aucun état d’âme. Après voir crié « La France Afrique, la France Afrique vous allez vous réveiller chinois. Ils n’ont aucune morale. Ils payent. Ils payent, ils payent. Et ils achètent tout.

Yogen Gupta : La Chine n’est pas un pays démocratique mais dirigiste. Ils font tout ce qu’ils peuvent pour utiliser la force.

Bernard Debré : Toutes les réserves africaines sont orientées vers la Chine avec la complicité des Africains. Et nous, qui ne sommes plus là- bas, on nous montre du doigt.

Dominique Kounkou : Est-ce que je peux préciser quelque chose ? Je n’ai jamais mis la France en cause.

Bernard Debré : Vous venez de le faire !

Dominique Kounkou : Évidemment que si l’Afrique est dans cet état, c’est que les Africains l’ont permis. La coopération avec la France est bonne, mais elle peut être améliorée. On peut créer des relations différentes.

Bernard Debré : Mais arrêtez de dire « différentes ». Différentes en quoi ?

Dominique Kounkou : Expliquez-moi pourquoi les Africains ont envie d’aller chercher des partenaires différents comme la Chine si la coopération avec la France se passe bien ?

Bernard Debré : Simplement parce que les Africains, depuis un certain temps, nous montrent du doigt et les Chinois en profitent. Moi je prévois quelque chose de dramatique en Attique. Dans 30 ans. Les Chinois vous auront envahi physiquement.

Lire l’article complet :

Document n° 1

Document n°2

Ajouter aux favoris/Partager via AddInto
{lang: 'fr'}